Multi-Tables sur Party Poker

Ouais, j’ai essayé. J’ai essayé de faire ce que je voyais faire il y a quelques temps, et qui me faisait souvent dire “Sont tarés ces gars là”. En exclusivité, le test en mode cobaye.

Prérequis

Premièrement, il faut avoir un minimum de fonds. C’est con à dire, mais ça peut vite représenter quelque chose. En gros, si vous jouez sur une table à 0.25$/0.50$, il vous faut clairement 200$ si vous jouez sur 4 tables. Pas question de s’assoir à une table avec autre chose que le maximum de jetons autorisé. Evidemment, 200$ est un minimum, et, puisqu’en NLHE, les swings sont énormes, c’est même mieux d’avoir un peu de marge, genre 300$. J’vous l’avais dit, ça commence à faire.

Ensuite, il vous faut un chouette écran. Minimum 19’’, mais le plus important, c’est la résolution que peut attendre votre écran. L’idéal est le 1600×1200. C’est surement pas un hasard, mais si vous postionnez vos 4 tables de party poker en carré, ça rentre pile poil dans cette taille de bureau. Du coup, ça devient encore plus select comme jeu, puisqu’un 19’’, c’est pas non plus donné. Pire que ça, même ceux qui investi récemment dans un très beau 19’’ LCD ne pourront pas atteindre cette résolution, puisque la quasi totalité ( à l’heure actuelle ) des 19’’ ont une résolution native de 1280×1024. Du coup, les fenêtres vont inévitablement se chevaucher, et ajouter une touche de bordel non négligeable à l’ensemble. Perso, j’ai la chance d’avoir un 21’’ cathodique ( 40kg ), donc pas de soucis.

Conseils

Ne faites rien d’autre. Rien. La première raison est évidente ( ça déconcentre, alors qu’il faut être à bloc ), la deuxième provient du fait qu’il ne faut pas encombrer la barre des taches windows. Si windows est amené à faire un “groupe” de vos fenêtre party poker, c’est la catastrophe. Et si vous êtes amené à agrandir en épaisseur cette barre des taches, c’est autant de place de perdu, de chevauchement supplémentaire dans le merdier.

Ne jouez pas sur une table beaucoup moins chère que celle où vous jouez d’habitude, sous pretexte que vous n’avez pas assez de blé. Le niveau de jeu risque de vous troubler, et de ne pas être adapté au votre et à vos mises.

Jouez tight. C’est évident, mais ça doit l’être encore plus ici. Impossible de s’amuser à jouer tous les QT, les A8, les KT, à 4 tables en même temps. De plus, jouer plus aggressif demande une attention supplémentaire, et dépend énormément de votre lecture du jeu adverse, qui sera considérablement réduite, votre attention étant divisée par 4.

Ne jouez pas plus d’une heure, dans un premier temps. La concentration nécessaire est très vite épuisante, physiquement et psychologiquement parlant.

Anticipez : utilisez au maximum les boutons de “pré-pari”. Dès qu’on vous distribue une main, il y a de grande chance pour que, quelle que soit la position, vous sachiez si vous allez jouer la main ou pas. Un click sur fold, et vous pouvez vous déconnecter le regard de cette table.

Ouvrez les yeux : Ce n’est pas parce que l’on suit potentiellement 36 joueurs différents que l’on ne peut pas glanner des informations sur leurs jeux. En particulier, dès que vous voyez un showdown, essayez de voir si, en fonction de sa position, le détenteur des cartes n’est pas un peu “loose”.

Réperez les multi-tables players : de toutes façons, ils vont le faire avec vous. Si un joueur est présent sur plusieurs de vos tables, vous pouvez quasi-systématiquement en déduire qu’il joue tight, parce qu’il est obligé.

Ayez les idées claires sur votre style de jeu, et sur vos “betting pattern”. Tout en introduisant des variations, pour éviter qu’on vous lise trop facilement, il est indispensable de savoir quand il vaut mieux checker, quand faire un “continuation bet”, quand relancer, et surtout quand se coucher. La très grande majorité de situations , compte tenu de votre expérience, doit pouvoir être résolue de manière presque “machinale”. En clair, ce type de jeu est très fortement déconseillé aux vrais débutants.

Avantages du jeu multi-tables

Le plus évident est que vous ne jouez plus les mains médiocres. Tout le monde fini, au bout d’un certains temps sans “action”, par jouer des mains marginales, lorsqu’on en a marre de folder. Là, c’est presque un soulagement de folder, puisqu’on a plus “que” trois autres tables à gérer.

Si vous avez l’habitude d’être plutôt gagnant que perdant à ce genre de tables, il se peut que le fait de jouer en faisant un meilleur tri compense les pertes associées à votre plus faible lecture du jeu, et du coup augmente votre “gain horaire”. En fait, un corrolaire de ce dernier point est que le “long run” est “atteint” beaucoup plus vite. En clair, vous allez multiplier les gros coups, mais aussi les bad beats, mais tant que vous aurez en tête que “c’est normal”, que ça n’est qu’un epiphénomène, l’ensemble se lissera beaucoup plus vite. Evidemment, il faut savoir faire preuve de perspicacité, et arrêter tout de suite ce système si le tout se “lisse” en une jolie pente négative.

Tous les avantages du vrai jeu tight : au bout d’un certain temps, lorsque vous avez l’impression que pas mal de joueurs vous ont catalogué comme très conservatif, il est très possible de voler de pots avec des mains moyennes, et/ou des flops complètement ratés. Cela dit, si vous êtes relancé, n’insistez surtout pas.

Inconvénients du jeu multi-table

Indiscutablement, votre lecture des autres est mauvaise. Les possibilités de décoder la main adverse, pour mieux la contrer, sont extrèmement réduites. De manière évidente, il est indispensable que le niveau des tables soit plutôt moyen, voire mauvais, car plus le nombre de joueurs expérimentés augmente, moins vous avez de chance d’être rentable avec un jeu relativement mécanique. En conséquence, ce type de jeu doit être réservé aux tables où vous êtes “à l’aise”.

Personnelement, j’ai l’habitude de jouer sur des tables à 0.5$/1$, donc le multi-table m’a amené à jouer le niveau en dessous (0.25$, 0.5$). Le tout est bien sûr à adapter à votre niveau. Cela dit, si, pour vous, je n’enfonce pas que des portes ouvertes depuis le début de l’article, il faudrait éviter les niveaux de blindes supérieurs à ceux décrits ci dessus.

C’est très fatiguant. Il y a régulièrement des coups de speed, parce que vous avez une paire de valets sur une table et AK sur une autre. Et il est tout à fait possible de perdre quasiment en même temps plusieurs sommes. Tout est “amplifié”, et il faut savoir s’arrêter quand on ne contrôle plus les tables.

Pourquoi ça peut être rentable

Si toutes les conditions de jeu sont réunies pour pouvoir jouer confortablement sur 4 tables en même temps, et que vous avez du mal à vous dégager de votre “mise de départ”, le jeu peut devenir rentable. Encore une fois, il faut jouer à des tables où le niveau ne vous fait pas peur.

Il est tout à fait possible qu’à ces tables, en jouant simplement correctement ses bonnes mains et ses bonnes positions, en respectant les règles de bases ( calcul des cotes de pot, respect du “gap concept”, eviter l’effet sandwich, etc… ), vous soyez, sur le long terme, “gagnant”, sans vraiment faire l’effort d’étudier les moindres actions de adversaires. Beaucoup de joueurs jouent trop de mains, beaucoup misent ou call en faisant régulièrement des erreurs. Ils offrent ainsi leur pertes à ceux qui font moins d’erreurs.

Le long terme sera alors naturellement atteint beaucoup plus vite que d’habitude, et vous pourrez, au bout de quelques séances d’une heure, tirer ( ou pas ) un profit substantiel de ce système.

Comments are closed.